18/06/2007

IMPOT REPARTI...


Voici un texte provenant d'un professeur américain qui essaye d'expliquer à ses élèves le système des impôts ... Les impôts semblent s'expliquer par une logique simple. Mais beaucoup ne la saisissent toujours pas. Comme c'est la saison des taxes, laissez-moi vous expliquer en des termes que tout le monde peut comprendre.
Supposons que tous les jours 10 hommes se retrouvent pour boire une bière et que l'addition se monte à 100 $. (Normalement 10 $ chacun). S'ilspayaient la note de la même façon que l'on paye les impôts, cela donnerait à peu près ceci :

  • Les 4 premiers (les plus pauvres !?) ne payeraient rien.
  • Le cinquième payerait 1 $.
  • Le sixième payerait 3 $.
  • Le septième payerait 7 $
  • Le huitième payerait 12 $.
  • Le neuvième payerait 18$.
  • Le dernier (le plus riche ?!) devrait payer 59 $.
Ils décidèrent de procéder comme décrit ci-dessus.

Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblèrent assez contents de leur arrangement. Jusqu'au jour ou le tenancier les plaça devant un dilemme : «Comme vous êtes de bonsclients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 20$. Vous nepayerez donc vos 10 bières que 80$.»

Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes.
Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20$ de remise de façon équitable ?
Ils réalisèrent que 20$ divisé par 6 faisaient 3,33$. Mais s'ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière. Le tenancier du bar suggéra qu'il serait équitable d'appliquer un pourcentage de réduction plus important pour les plus "pauvres" et de réduire l'addition comme suit : Alors ?
  • Le 5° homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (Un pauvre de plus ?Ndt)
  • Le 6° paya 2 $ au lieu de 3 (33% de réduction)
  • Le 7° paya 5 $ au lieu de 7 (28% de réduction)
  • Le 8° paya 9 $ au lieu de 12 (25% de réduction)
  • Le 9° paya 14 $ au lieu de 18 (22% de réduction)
  • Le 10° paya 49 $ au lieu de 59 $ (16% de réduction)

Chacun des six «payants» paya moins qu'avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie : «J'ai seulement eu 1 $ sur les 20 $ de remise», dit le 6°, il désigna le 10° «Lui il a eu 10 $». «Ouais ! dit le 5°, j'ai seulement eu 1 $ d'économie aussi.» «C'est vrai ! » s'exclama le 7°, « pourquoi aurait-il 10 $ alors que jen'en ai eu que 2 ? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »« Attendez une minute » cria le 1° homme à l'unisson, «Nous quatre n'avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres. »
Les 9 hommes cernèrent le 10° et l'insultèrent.
La nuit suivante le 10° homme (le plus riche ?!) ne vint pas.
Les neuf autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d'important : Ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition.

Et cela, amis internautes, est le reflet de notre système d'imposition. Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction de taxe.
Taxez les plus fort, accusez-les d'être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais.
En fait ils pourraient commencer à aller boire à l'étranger où l'atmosphère est, comment dire, plus amicale.
Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire.
Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.

15:45 Écrit par Cityzen dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/06/2007

Mini-Cityzen s'y met aussi !


Après que ma fille a passé haut la main son épreuve d’anecdotes improbables (voir 2 posts plus bas), mon fils s’est dit que bon là, fallait pas déconner, que c’était quand même lui l’aîné et que donc il devait regagner son titre « d’anedoteur » … et alors là, il a sorti l’artillerie lourde et pof ! 2 d’un coup.
Allez, c’est cadeau ! (si ! si ! Ca lui fait plaisir)

Mini-Cityzen, sauveur de crabes
Samedi dernier, nous avons mangé des moules (Ferdie et PM, vous sortez tout de suite !).
Et il se trouve que dans ces moules, nous avons trouvé un petit crabe…
Mini-Cityzen s’en est donc emparé fièrement. Sauf, qu’il avait quand même un regard un peu étrange en fixant ce crabe.
Alors avec M’âme Cityzen, on a flairé l’escroquerie tout de suite (si ! si ! c’est un métier « parents »)
Et donc, on lui demande ce qu’il veut en faire.

La réponse ne tarde pas : « bah, je vais l’élever comme il n’a plus de maman ni de papa »(Bon là, pour vous resituer, lecteur averti qui en vaut 2, faut quand même savoir que le mini-crabe, il s’est quand même tapé la cuisson dans la moule et dans la cocotte, donc, a priori sauf s’il s’appelle Mc Gyver, il était normalement mort !)

Et nous, de concert, nous lui disons que tout çaaaa, c’est pas possible, un crabe dans un appartement… tout çaaaaa malheureux….
Et du coup, bah notre Titi, il a eu une idée géniale : sauver la vie de son nouveau pote et le renvoyer dans son habitat naturel.
Il a foncé aux toilettes avec le crabe, l’a jeté dans la cuvette et a tiré la chasse et il est revenu tout fier de l’acte accompli !
Bah oui, si vous aviez vu Némo, vous sauriez que c’est comme ça que Nemo a pu rejoindre la mer…. Incultes, va !

Mini-Cityzen découvre le travail et la rémunération
Ma femme et moi mettons un point d’honneur à expliquer à mini-Cityzen que les choses ont un prix, que si l’on veut quelque chose, il faut l’acheter avec de l’argent.
Et comment gagne-t-on de l’argent ? Bah en travaillant… jusque là, c’est logique !

Dimanche dernier, à Levallois, il y avait la « Ferme Village » sur la place de la mairie. Nous y allons donc, tranquille et là, O miracle, nous découvrons (enfin, surtout mini-Cityzen et sa sœur, hein… nous on les avait bien vues, mais on avait fait genre style !!!) 2 structures gonflables !
Mini-Cityzen me demande si on peut en faire.
Dans ma grande mansuétude et dans ma grande bonté, j’accède à sa demande et hop ! 2 tours de la structure gonflable (oui, j’ai 2 enfants).

Ensuite on poursuit notre promenade et là, O surprise, un manège !!!!!
Et hop 3 tours de manège chacun…

Mais ensuite, bah il nous a fallu rentrer à la voiture et pour ce faire, passer de nouveau devant les structures gonflables…
Et là, Mini-Cityzen, qui décidément ne perd pas le nord, me demande de refaire un tour avec sa sœur sur la structure gonflable.

Je lui dis non en lui expliquant qu’il l’a déjà fait une fois et qu’en plus il a fait du manège et que tout ça coûte des sous.
La réponse a fusé net de la part du mini-Cityzen : « Bah ! Tu travailles toute la journée alors t’as des sous ! »

Bah oui, suis-je bête !!!!! Pourquoi n’y avais-je pas pensé avant ???

12:47 Écrit par Cityzen dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |